Accueil > Formations > Options obligatoires et de spécialité > Terminale ES - Spécialité S.E.S.

  Terminale ES - Spécialité S.E.S.

1er janvier 2007, par Administrateur

La spécialité « Sciences économiques et sociales » en terminale ES

En fin d’année de première ES, les élèves ont à choisir un enseignement de spécialité pour la terminale. Ils optent en général pour celle correspondant à l’option obligatoire choisie en première, mais ce n’est pas une obligation. Voici quelques éléments à prendre en compte concernant la spécialité S.E.S.

Quelles conséquences pour l’année de terminale et le baccalauréat ?

L’horaire hebdomadaire de l’enseignement de spécialité en terminale ES est de 2 heures.

Au baccalauréat, on affecte un coefficient de 9 à la discipline S.E.S. pour les candidats ayant choisi l’enseignement de spécialité (contre 7 pour les autres).

La durée totale de l’épreuve est de 5 heures : 4 heures pour la partie tronc commun (coefficient 7) + 1 heure pour la partie spécialité.

En spécialité, le travail demandé consiste, à partir des connaissances du programme de spécialité et un ou deux documents, à répondre à 3 questions.

L’épreuve de spécialité permet la plupart du temps aux élèves d’améliorer leur note globale de S.E.S. dans la mesure où la moyenne de la partie spécialité est en général meilleure que celle de la partie tronc commun. Les questions sont en effet essentiellement des questions de connaissances alors que la partie tronc commun a un caractère plus technique (dissertation ou question de synthèse).

Pourquoi choisir la spécialité S.E.S. ? À qui s’adresse-t-elle ?

La spécialité S.E.S. constituant un approfondissement théorique de l’enseignement de tronc commun, elle permet aux élèves d’élargir leurs connaissances, d’améliorer leur capacité d’analyse, de mieux percevoir que les questions économiques et sociales font l’objet parfois depuis longtemps de débats.

Tous ces apports peuvent donc aussi leur permettre de développer leur esprit critique ce qui est bien sûr essentiel dans le rôle que jouent les sciences économiques et sociales dans la formation à la citoyenneté.

Si ces apports théoriques étudiés peuvent évidemment apporter certaines bases pour des poursuites d’études dans certaines filières... :

  • formations universitaires (sciences économiques, sciences humaines, administration économique et sociale...) ;
  • classes préparatoires B/L ou classes préparatoires aux grandes écoles économiques et commerciales (par exemple celle du lycée Courbet) ;
  • instituts d’études politiques (I.E.P.) ;

...suivre cet enseignement n’est cependant pas une condition nécessaire pour y réussir.

Qu’y apprend-t-on ?

Différents thèmes déjà étudiés en tronc commun (progrès technique et évolution économique, sous-emploi et demande, lien social et intégration sociale, rationalisation des activités sociales, conflits et mobilisation sociale...) sont abordés à partir de documents d’auteurs (économistes et / ou sociologues) : Schumpeter, Keynes, Durkheim, Weber, Marx... Sur chaque thème, des prolongements théoriques contemporains sont aussi traités afin de mettre en perspective les débats toujours actuels qui sont au cœur des sciences sociales.


.:  Ce site est valide  Valide XHTML 1.0 Transitional   Valide CSS  -  Mentions légales -  Plan du site -  Contact -  Rédaction - 345588  visites  :.